31/03/2017

Baselworld 2017

Dans le contexte de recul où se trouve l'industrie horlogère actuellement le Baselworld, qui a fermé ses portes hier, n'était certainement pas un Baselworld comme les autres. En effet afin de mieux optimiser les coûts les organisateurs ont déjà annoncé que les journées ouvertes au public seront l'année prochaine de six au lieu des huit auxquelles nous avons été habitué. A ceci viendra s'ajouter l'habituelle journée ouverte à la presse la veille de l'ouverture officielle.

Cette situation actuelle quelque peu difficile est cependant aussi source d'opportunités et certaines cartes seront certainement redistribuées. Loin des années fastes où souvent certaines choses restaient tout simplement figées. C'est notamment dans ce contexte que je me suis permis deux expériences le dimanche en début d'après-midi afin de sonder la réalité du marché. L'une liée au monde de l'hôtellerie et l'autre auprès d'un important fournisseur de mouvements horlogers.

La première fût de me présenter à la réception du Swissôtel à côté du Baselworld pour leur demander si éventuellement ils pouvaient encore me louer une chambre à partir de ce même dimanche pour deux nuits. Jadis l'on disait que les chambres de cet hôtel étaient réservées durant le salon plusieurs années à l'avance. Après avoir passé une bonne minute dans le bureau à l'arrière de la réception l'employé de l'hôtel vint m'annoncer la bonne nouvelle. Il avait encore mis la main sur une dernière chambre qu'il fallait confirmer très rapidement. Son tarif était de CHF 980.- par nuit. Je lui demandai de m'envoyer tout ceci par écrit.

Quelques minutes plus tard je reçus le courriel confirmant le tarif en mentionnant que le petit-déjeuner, le wifi et le minibar étaient inclus dans le prix. Après un rapide retour toujours par écrit expliquant que le tarif était trop élevé pour mon budget j'eus la surprise de les voir revenir avec une nouvelle offre. Une autre chambre un peu plus petite que la précédente, dont je ne connaissais du reste pas les dimensions, m'était proposée à CHF 415.- par nuit pour les deux mêmes nuits. Offre que je déclinai et je remerciai encore plus mon aimable marraine qui m'héberge depuis quelques années durant le Baselworld.

Ma seconde expérience se passa ce même dimanche durant l'après-midi à la réception du stand ETA une société appartenant au Swatch Group. J'approchai la réceptionniste du stand pour savoir s'ils pouvaient me livrer quelques mouvements malgré le fait qu'ils avaient communiqué il y a quelques années qu'il ne souhaitait plus livrer de mouvements en dehors du Swatch Group. La réponse fut un clair oui. Ceci pour des mouvements à quartz mais aussi apparemment pour le calibre 2892 un mouvement mécanique à remontage automatique apprécié par les marques de moyenne gamme.

Une chose claire est que dans le contexte économique actuel la concurrence entre les deux salons horlogers, celui du Baselworld et celui du SIHH à Genève, est maintenant plus engagée que par le passé. Pour le consommateur final la concurrence est très souvent une chose positive. Même si je vis et travaille à Genève je souhaite le meilleur au Baselworld. Le salon bâlois a le grand avantage d'être plus indépendant que le salon genevois qui est principalement dominé par un seul et unique groupe horloger à moins que l'Etat de Genève décide un jour d'organiser le salon genevois lui-même.

baselworld

En cliquant sur l'image ci-dessus vous accéderez au site internet du Baselworld.

13:00 Publié dans Horlogerie | Tags : baselworld | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

15/03/2017

Merci Monsieur Biver !

Il y a quelques semaines j'ai eu le plaisir de recevoir une invitation au lancement d'une nouvelle montre que Jean-Claude Biver allait présenter personnellement. Après un rapide coup d'oeil sur mon agenda je confirmai rapidement ma présence à cette journée à laquelle je voulais absolument prendre part. En effet les interventions de ce géant de l'industrie horlogère sont simplement magiques et pour rien au monde je voulais louper cette journée.

Le décor était planté il souhaitait convier la presse internationale sur la prairie du Grütli. C'est depuis ce lieu mythique qu'il souhaitait annoncer le lancement de la seconde version de la montre connectée de TAG Heuer. A quelques jours du lancement nous avons cependant reçu l'information que l'activité principale de cette journée allait se passer à Brunnen face à la célèbre prairie.

C'est ainsi que je suis arrivé hier vers onze heure à Brunnen après avoir traversé depuis Genève une Suisse féerique par une journée ensoleillée sous un ciel bleu. J'aperçus durant mon voyage notamment le grand et le petit Mythen ces deux montagnes symbole du canton de Schwytz qui allait nous accueillir pour ce lancement. Arrivé sur place nous avons été reçu dans un lieu superbe au bord de l'eau avec une grandiose vue sur les Alpes. Ce lieu grandiose était donc le lieu où TAG Heuer allait présenter sa montre à la presse.

Jean-Claude Biver commença alors à nous expliquer que pour des raisons toutes à fait compréhensibles l'événement ne pouvait finalement pas avoir lieu sur la prairie du Grütli ce lieu n'accueillant tout simplement pas des événements commerciaux. Ceci dit, il eut une fois de plus une idée de génie pour nous connecter avec la prairie d'en-face. C'est par une vidéoconférence qu'il commença la conférence de presse avec une championne d'Europe de tir à l'arbalète qui nous fit une performance en direct depuis la mythique prairie du Grütli.

Après cette performance il enchaina et nous expliqua à tous l'histoire de Guillaume Tell et bien entendu des trois premiers cantons confédérés qui ont prêtés serment sur cette fameuse prairie du Grütli. Ceci dit, après cette magnifique introduction il commença à nous parler de la nouvelle montre connectée de TAG Heuer, la MODULAR 45, qui a comme principale différence par rapport à la première montre connectée d'être "Swiss made".

En effet comme nous le savons la première était déjà le fruit d'une collaboration entre les trois même entreprises Google, Intel et TAG Heuer. Des éléments clefs de cette première montre n'ayant pas été faits sur sol helvétique elle ne pouvait pas porter le label "Swiss made". Vu qu'il y a eu un transfert de technologie depuis les Etats-Unis vers la Suisse et qu'une chaine de production a été mise en place à La Chaux-de-Fonds cette nouvelle montre connectée de la marque peut maintenant fièrement porter le "Swiss made".

La MODULAR 45 a aussi la particularité d'être entièrement modulable. Elle est ainsi principalement composée de trois éléments, la montre en elle-même qui est appelé donc à être le module qui peut être une montre connectée ou une montre non connectée équipée d'un mouvement mécanique, et ensuite deux autres éléments qui sont les cornes et le bracelet avec sa boucle. Le client peut ainsi choisir les différents composants et quasiment se créer une pièce unique à son goût.

Cette présentation se poursuivit par une magnifique croisière de Brunnen à Lucerne avec des vues splendides notamment sur le Rigi, le Bürgenstock ou le mont Pilate. Arrivé à Lucerne le tout se conclut au magasin Les Ambassadeurs prestigieux groupe de détaillants suisses. Tout ceci fut bien entendu entouré de cors des Alpes, de yodel, de fromage, d'un lanceur de drapeau et de quelques magnifiques cloches de vache transmises à divers acteurs comme Google et Intel. Pour la journée d'hier je dirai donc "Switzerland first, America second".

TAG Heuer.jpg

A la gauche de Jean-Claude Biver vous pourrez deviner la mythique prairie du Grütli. Il est entouré sur cette photo par des responsables de Google et Intel pouvant tous deux fièrement rapporter des cloches de l'autre côté de l'Atlantique. Cliquez sur l'image pour plus d'information sur TAG Heuer et la MODULAR 45.

15:09 Publié dans Horlogerie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg