12/03/2018

Horlogerie et Grand Conseil

Comme une bonne partie d'entre vous le savent le dimanche 15 avril aura lieu le premier tour des élections cantonales genevoises. Nous y élirons en un seul tour les 100 députés du Grand Conseil qui seront donc les élus du parlement genevois ou autrement dit du pouvoir législatif. Egalement le dimanche 15 avril aura lieu le premier tour de l'élection des sept Conseillers d'Etat formant le Conseil d'Etat ou autrement dit le gouvernement cantonal ou pouvoir exécutif. Pour l'élection du Conseil d'Etat un second tour sera très certainement nécessaire et est déjà prévu le dimanche 6 mai.

Pour les cent sièges du Grand Conseil nous avons 623 candidats au portillon et pour les sept sièges au Conseil d'Etat nous avons 31 candidats. Certains candidats au Conseil d'Etat figurent aussi comme candidat au Grand Conseil mais il est évident que s'ils sont élus au Conseil d'Etat il ne siégeront pas au Grand Conseil. Ceci dit, comme j'aime le dire les 107 qui seront finalement les heureux élus devraient représenter de manière représentative les différentes facettes du canton de Genève et notamment de son tissu économique.

C'est pourquoi j'ai analysé les listes des candidats et leurs secteurs d'activités et donc les professions représentées au sein des candidats mais aussi au sein de l'actuel Grand Conseil et Conseil d'Etat. J'ai réalisé que sur les 107 actuels élus au niveau cantonal genevois aucun n'a un lien avec l'industrie horlogère dans laquelle je travaille depuis 20 ans et qui est, il me semble, un pan important de l'économie et de l'histoire de notre canton. Un seul le député MCG Francisco Valentin a un jour appris le métier de bijoutier chez Chopard mais a rejoint les rangs de la police il y a près de quinze ans.

Autrement dit, Genève qui souhaite régulièrement se voir comme une capitale horlogère notamment lors de la célébration du Grand Prix d'Horlogerie de Genève, où j'ai eu à deux reprises le plaisir de siéger parmi son jury, ou à l'occasion de la Geneva Week qui s'est créée aux mêmes dates que celles du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH), n'a actuellement au niveau cantonal pas d'élu actif dans le secteur horloger et ceci depuis plusieurs années. Visiblement le dernier élu cantonal actif dans ce domaine durant son mandat était Monsieur Jacques Duchêne un député libéral qui siégea de 1961 à 1965.

Le journaliste et excellent critique de l'industrie horlogère Gregory Pons écrivait le 21 février 2018 "Si on comprend bien, il n'y a que 1 chance sur 623 pour que l'horlogerie soit représentée au Grand Conseil..." en appelant aux autres candidats liés à l'horlogerie à s'annoncer auprès de lui s'il y en avait. Vous comprendrez la personne sur 623 à qui il faisait allusion était donc moi qui travaille depuis deux décennies au sein de l'industrie horlogère après avoir appris le métier d'horloger-rhabilleur à l'Ecole d'horlogerie de Genève et qui a par la suite suivi une filière plus commerciale à l'international pour finalement ouvrir ma propre structure dans le domaine du conseil horloger.

Ceci dit, je crois bien comprendre qu'après avoir publié son article il y a plus de deux semaines aucun autre est sorti du bois pour aller s'annoncer auprès de Gregory Pons. Pour vous le dire en toute transparence j'en ai repéré deux autres. Comme vous le savez peut-être déjà je me présente sous les couleurs du Parti démocrate-chrétien (PDC) je vais donc commencer par un "cousin" d'un parti avec lequel nous avons une entente le Parti libéral-radical (PLR). Ce "cousin" membre du PLR est donc Jean-Pierre Pasquier sous-directeur auprès d'un important groupe horloger genevois qui est probablement le seul à pouvoir se permettre d'avoir un sous-directeur ingénieur en génie chimique et également d'offrir un magnifique pont à Genève mais je n'en dirai pas plus car ils aiment rester discret.

Finalement, il y en a un autre qui n'est visiblement pas non plus sorti du bois auprès de Grégory Pons il s'agit de Jean-François Ruchonnet qui se présente sur la liste d'Eric Stauffer et de Ronald Zacharias. Ce dernier a commencé par apprendre le métier de micromécanicien au lycée Charles Poncet de Cluses qui est également son lieu de naissance. Je crois cependant comprendre qu'il doit être binational et d'une importante famille suisse. Un média horloger en parlera peut-être ces prochains jours.

Pour conclure, je suis persuadé que l'horlogerie doit être présente au sein du Grand Conseil. N'oublions pas que c'est sous l'impulsion de la Société des Horlogers de Genève, que je préside actuellement, que le Grand Conseil a voté la création du Poinçon de Genève en 1886 et que c'est ce même Grand Conseil qui l'a remis à jour en 2008. Egalement, l'horlogerie aura quelques chantiers pour la législature 2018-2023 à venir. Je pense notamment à l'évolution des expositions horlogères dans les murs de Palexpo. Je souhaite bonne chance à toutes les candidates et tous les candidats venus de l'horlogerie ou d'ailleurs pour ces élections cantonales.

grand conseil,horlogerie

En cliquant sur l'image vous pourrez accéder à mon profil créé sur le site du PDC cantonal et aussi vous pouvez accéder à l'article que Grégory Pons a écrit sur la campagne électorale en cliquant ici.

11:36 Publié dans Genève, Horlogerie | Tags : grand conseil, horlogerie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Tous mes vœux t’accompagnent dans cette course à la plus haute instance des autorités de la Suisse, en tant que Suisse du canton du Jura, je ne pourrai pas voter mais le coeur y est, tu vas représenter haut et fort le Swiss Made. Bien à toi. Amitiés. Geoffroy

Écrit par : Ader | 13/03/2018

Merci Geoffroy pour ton aimable commentaire. Nous pouvons cependant remplacer "plus haute instance (...) de la Suisse" par "plus haute instance (...) du canton de Genève". Cependant je me réjouirais d'être élu au niveau cantonal et y défendre entre autre la belle horlogerie. Amitiés, Patrick

Écrit par : Patrick Wehrli | 17/03/2018

Les commentaires sont fermés.