21/12/2015

Les célébrations de l'Escalade

Comme chaque année alors que les nuits deviennent plus longues et que la météo ne va pas vraiment dans une direction printanière heureusement que nous avons ici à Genève les célébrations de l'Escalade. Elles nous réchauffent à coup de soupe aux légumes, elles nous adouci à coup de marmite en chocolat et pour les plus sportifs elles nous revigorent en fonçant à toute allure sur les pavés de la vieille ville.

Comme presque chaque année depuis près de dix ans mes célébrations commencèrent cette année par la course de l'Escalade. Quel plaisir d'y participer surtout avec les améliorations qui y ont été apportées cette année. Les départs désormais échelonnés, pour une grande partie des courses, non pas par catégorie d'âge mais par allure des participants furent une nette amélioration. Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver dans le même bloc de départ d'un ancien collègue désormais devenu le numéro un d'une grande maison horlogère. Bravo à lui et que son esprit sportif brille sur cette belle maison.

Mes célébrations se poursuivirent le même jour au sein du local de la section genevoise du Club Alpin Suisse que j'ai récemment rejoint. Afin d'y célébrer le 150ème anniversaire de sa création un bon nombre de membres participèrent cette année à la course de la marmite ceci suivi d'une sympathique collation au sein de leur local. J'y eus le plaisir de voir comment s'y passe le rite du bris de la marmite en chocolat. Avec une certaine logique c'est avec l'aide de piolets qu'on y brise la marmite.

Le weekend suivant je me préparai pour vivre la plus belle partie des célébrations. Membre depuis un certain temps de la Compagnie de 1602 j'ai le plaisir d'y avoir obtenu un costume l'an passé. Mon weekend fut donc vécu dans un costume historique au sein du groupe des pasteurs et professeurs qui ont la chance d'entourer Théodore de Bèze lors du grand cortège du dimanche soir.

Alors que je rejoignais le départ de ce cortège vêtu d'une robe noire, emblème de tout pasteur au moment de la réforme, je croisai Manuel Tornare en train de distribuer des tracts. Il m'en tendit un avec son grand sourire et me dit: "Voilà pour vous Monsieur le Pasteur". Ma réponse fut: "Je vous remercie Monsieur Tornare j'en parlerai au culte". Après cet intermède amusant avec ce politicien ma participation à mon second cortège avec mes amis pasteurs et professeurs d'un weekend commença.

Alors que nous étions entre la première et la seconde proclamation, c'est à dire entre la place du Bourg-de-Four et du Molard, une envie pressante probablement due au vin chaud arriva. Alors que je pensais discrètement m'éclipser seul aux toilettes publics de la place Molard sans que personnes ne me voient je réalisai qu'il y avait déjà quelques bonnes dizaines de figurants encolonnés à ce lieu. Je ne vis jamais autant de monde en même temps dans ces toilettes publics auparavant.

escalade,

Ci-dessus une des marmites habituellement brisée par le benjamin et le doyen d'une assemblée. Selon les dires d'un ancien la phrase rituelle à prononcer est "Ainsi périssent les ennemis de la République" et non pas "Ainsi périrent..." la sentence étant symboliquement toujours active.

15:56 Publié dans Genève, Sport | Tags : escalade | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

04/10/2015

Veyrier a un nouveau Roi!

Il y a une dizaine de jours alors que je me rendais chez mes parents je passai devant le stand de tir de Veyrier où je faisais jadis mes tirs obligatoires. J'y vis une grande banderole annonçant le tir de la vogue. Une compétition à laquelle je n'avais encore jamais participé mais je dois vous le dire tirer avec un vieux fusil en bois m'attirait particulièrement.

De retour chez moi je suis allé sur le site internet de la société de tir de Veyrier pour y voir les conditions pour y participer. Ayant vaguement entendu qu'il fallait habiter la commune pour y participer je pensais que je ne pouvais pas y aller ne remplissant plus ce critère depuis quelques années. Je fus cependant repêché par le fait que j'avais grandi et passé mon enfance sur cette commune.

Le lundi 28 septembre un peu après 16h00 j'arrivai dans le stand. J'y vis quelques têtes connues notamment un restaurateur de la commune qui s'était jeté sur le fusil terminant par le numéro "57" visiblement le fusil qui tire le mieux. Quelques instants plus tard il vit qu'il n'en avait que le magasin et non l'arme et se jeta sur mon fusil qui lui était le précieux numéro "57". Nous partageâmes ce fusil sans que nos tirs confirmèrent que cette arme était le fusil qui tirait le mieux.

Avant ceci je passai à la caisse pour m'inscrire. C'est là où j'appris qu'au fond les cinq coups que j'allai tirer n'était qu'une partie des festivités et qu'il fallait également s'inscrire à un banquet donné en honneur du nouveau Roi le vendredi 3 octobre. Après avoir contrôlé mon agenda je m'acquittai du montant tout en imaginant que ce banquet allait attirer plus de gens de la génération de mon père que de la mienne.

Une fois allongé derrière mon fusil je fis mes trois premiers coups d'essais, suivi sur une autre place, des cinq suivants qui comptèrent pour de vrai. Je pensais que j'allais tirer avec un mousqueton 31 datant de 1931 mais ce fût sa version antérieure de 1911. Je senti le recul de cette arme durant plusieurs heures encore après mes tirs. Etant de la génération "Fass 90" tirer avec un fusil développé en 1911 changeait mes habitudes.

Une fois mes tirs terminés je savais deux choses. La première qu'il était clair que la victoire n'était pas pour 2015 mais peut-être une fois ces cinquante prochaines années... mais également que je ne serais pas la courge qui représente le dernier du classement. Ceci dit je fus particulièrement heureux lorsque je vis la tête du nouveau Roi sur le site internet de la société de tir de Veyrier. Il s'agissait de Thomas 1er un ancien élève de l'école de Veyrier qui était du même cru que moi et donc de ma génération.

Alors qu'il n'avait pas encore son sceptre et lorsque Thomas s'appelait tout simplement Thomas et pas encore Thomas 1er il hésita tout comme moi à participer à ce tir. Il dut probablement tout comme moi vérifier dans son agenda s'il était libre le vendredi 3 octobre au soir. Une fois qu'il prit la décision de participer à cette compétition pour la première fois notre futur Roi s'allongea et tira ses cinq coups, trois fois un dix et deux fois un neuf dont le premier dix à 33 millimètres du centre! Il réalisa qu'il alla être couronné Roi.

De l'autre côté du classement la courge qui représente le plus jeune des derniers du classement un dénommé Fabian fort sympathique qui par mégarde épaula le fusil du faux côté. Tira les deux premiers coups dans le mur vert situé à une dizaine de mètres du stand, il parait que ça fait des grosses étincelles. Quant aux trois coups suivant il s'améliora et ils finirent derrière le premier mur vert un peu plus près de la cible. Il fit hier une excellente soupe à la courge et récolta même près de 900.- francs pour une association caritative. Et pour son grand réconfort il parait que selon le règlement on peut être courge qu'une seule fois dans sa vie.

Ceci dit je conseille à toute personne vivant la commune de Veyrier ou ayant un lien fort avec cette commune de participer à cette compétition. Le banquet de hier soir fût fort sympathique et amusant. Sans parler de l'excellent discours du maire de la commune, Raymond Gavillet, qui sans éclipser le nouveau monarque fit un discours digne d'un premier ministre britannique aux côtés de son monarque. Et bien entendu le discours de Thomas 1er sous les claquements de cuillères sur les tables fût un moment mythique de la soirée. Vive le Roi! Vive Thomas 1er!

veyrier, tir de la vogue,

Ci-dessus un mousqueton 1911 utilisé dans le cadre de cette compétition.

16:29 Publié dans Genève, Sport | Tags : veyrier, tir de la vogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

03/05/2015

A quoi peut ressembler une montre après un semi-marathon...?

C'est pour la septième fois que j'ai eu le plaisir de prendre le départ du Genève Marathon. Mon idée de base est de le courir chaque année en catégorie semi-marathon avec un bonus spécial pour les années bissextiles en m'alignant tous les quatre ans sur la catégorie phare des 42,195 kilomètres. Ce fût le cas en 2008 et 2012 et il faudra que je me pose la question l'année prochaine si je veux donner suite à cette tradition ou repousser un prochain marathon plein à une prochaine échéance.

Ceci dit quel que soit le résultat c'est toujours un immense plaisir de prendre part à ce type de compétition. Avec les années qui passent on a certes tendance à se retrouver plus vers le centre du peloton alors qu'on était habitué d'être dans sa première moitié mais le plaisir reste bien présent. C'est tout de même magique de courir des distances pareils. A vol d'oiseau un semi-marathon représente tout de même l'équivalent d'une distance allant de Genève à Nyon quant au marathon cette distance va quasiment jusqu'à Morges.

Souvent dans ce type de compétition le choix le plus judicieux est de savoir quel meneur d'allure choisir. En effet des grands sportifs prêtent leur savoir-faire de la course à pied en s'équipant de grands ballons ou fanions avec le temps inscrit dessus qu'ils égraineront avec une précision quasi horlogère. Alors que faut-il faire si l'on pense valoir 1h44 sur une compétition de 21 kilomètres? S’agripper le plus longtemps possible au ballon de 1h40 ou au contraire choisir celui des 1h50 et donner un coup d’accélérateur en deuxième moitié de course? La réponse est difficile à donner mais d'après moi la première option est plus efficace même si la seconde est plus agréable.

Quant au matériel depuis les dix ans que je cours il a évolué. Surtout celui qui se trouve au poignet. En effet pour la première fois j'ai couru équiper d'un GPS qui calculait de manière instantanée la vitesse à laquelle je courrais. Une avancée peut-être mais je n'en suis pas si sûr. L'on a en effet peut-être trop tendance à contrôler la vitesse de son meneur d'allure qui peut parfois être plus rapide ou plus lent. En réalité il me semble qu'il est souvent plus rapide et ceci surtout en début de course.

J'oublie presque le plus amusant que je garde pour la fin c'est en effet la vue de ma nouvelle montre. Après cette course elle m'a informée que j'avais effectué 508% de mon activité journalière nécessaire. J'imagine donc qu'un marathonien devrait se trouver à plus de 1000%. Bref, j'ai maintenant remis ma belle montre mécanique au poignet et repose mes jambes devenues un peu lourdes.

genève marathon

Ci-dessus l'image du jour. En attendant la version 2016 du Genève Marathon cliquez ici et vous trouverez une autre course phare de Genève.

17:18 Publié dans Genève, Horlogerie, Sport | Tags : genève marathon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

21/04/2015

L'importance de la première lettre de son nom en politique

Voilà quelques jours que les élections municipales ont eu lieu dans le canton de Genève. Les résultats ont été analysés et digérés. Ils auront fait des heureux et des déçus. Je ne vous cache pas que de mon côté elles auront fait un déçu car je n'ai pas été élu. Il parait cependant que c'est normal car c'est la première fois que je me présente.

Comme beaucoup de monde dans mon cas j'ai analysé les résultats sous tous les angles possibles. J'ai finalement réalisé que la liste sur laquelle je me suis présenté a donné à peu de choses près le même ordre que la liste envoyée aux électeurs. Mon parti étant correct et galant nous avons listé en premier le candidat pour le Conseil administratif suivi du président de notre parti communal et ensuite bien entendu les gens en place suivi des nouveaux candidats. Étant des gentlemen nous avons bien entendu mis les dames en premier. Tout ceci en respectant l'ordre alphabétique. Étant moi-même un homme, et je l'espère un gentleman, étant également un nouveau candidat dont le nom commence par "W" vous comprendrez vite que j'ai commencé cette course très motivé mais en queue de peloton. Ceci n'ayant visiblement que peu d'influence selon ce qu'on me disait.

Ceci dis j'ai aujourd'hui décidé de faire une analyse plus mathématique. J'ai pris les deux plus grands parlements du canton et j'ai mesuré la proportion d'élus dans la première moitié et la seconde moitié de l'alphabet. Commençons par le Grand Conseil où nous réalisons que nous avons 68 députés dans la première moitié et 32 dans la seconde moitié. Si on y inclut les députés suppléants on arrive exactement à la même proportion. Continuons avec l'actuel Conseil municipal de la Ville de Genève où nous trouvons 51 personnes dans la première moitié et 29 dans la deuxième moitié. Et si nous voulons encore nous amuser un peu plus analysons donc le Conseil d’Etat de notre canton. Actuellement nous sommes à 6 et 1, la législature précédente à 5 et 2, l'antérieure à 6 et 1, celle d'avant à 5 et 2, et encore celle d'avant à 5 et 2. Vous comprendrez que le plus grand chiffre représente toujours la première moitié de l'alphabet.

Bref, pensez bien que je ne veux pas créer une association des opprimés du bas de l'alphabet mais si vous vous appelez Zen Ruffinen, Zwahlen ou encore mieux Zwicky n’hésitez pas à me contacter. Nous pourrions nous rencontrer et faire de la politique et pourquoi pas nous retrouver un jour sur une liste commune. Je profite de saluer mes colistières et colistiers qui pourraient me lire dont 3 sur 11 ont tout de même réussi à briser l'ordre préétabli.

politique,élection

Bill Clinton, Jimmy Carter, Georges H. Bush et son fils

 

PS : On m’a fait remarquer que les treize premières lettres de l’alphabet contenaient plus de patronymes que les treize dernières. Il est donc normal qu’il y a plus d’élus dans la première moitié. Je tenais à vous transmettre cette remarque pertinente faite par un lecteur (ajouté le 22.04.14).

14:23 Publié dans Genève, Monde, Suisse | Tags : politique, élection | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

10/04/2015

PLR, PDC et PS

Voilà plusieurs années que j'ai un excellent ami qui se prénomme Pierre. Il est entrepreneur et a acheté il y a quelques années une entreprise où il a une quinzaine d'employés. Ses convictions politiques sont celles de beaucoup de patrons. Il est membre du PLR et défend sa frange la plus libérale.

L'an passé lorsque j'ai rejoint le PDC il m'a fait avec humour part de son opinion. A ses yeux j'étais devenu un dangereux gauchiste qui pouvait à peu de chose près être assimilé à "Dany le rouge". Également avec humour j'ai su lui répondre il y a quelques jours. Notre conversation pourrait être une bonne blague mais a aussi sa part de vérité. Je vous la narre dans le paragraphe qui suit.

Alors que je me promenai un matin en ville je croisai mon ami Pierre. Il me dit: "Viens boire un café au bureau cet après-midi". Ce que je fis avec grand plaisir tout en préparant mon coup. Rentré dans son bureau je lui dis: "Pierre ce matin je suis allé donner mon sang. Vu que je suis un démocrate-chrétien je l'ai donné. Si j'avais été un PLR j'aurais probablement essayé de le vendre". Ceci le fit beaucoup rire et il répondit: "Oui, et si tu avais été socialiste tu ne l'aurais pas donné mais tu l'aurais sucé aux autres".

Bref, j'espère que le paragraphe qui précède vous a bien fait rire. J'ajoute que selon mon opinion les socialistes donnent probablement aussi leur sang même s'il est vrai qu'ils le sucent peut-être aussi ailleurs. Au passage quelles que soient vos convictions politiques un nouveau donneur est certainement toujours bienvenu.

plr,pdc,ps

Pour plus d'information sur le don du sang cliquez ici

14:30 Publié dans Genève, Suisse | Tags : plr, pdc, ps | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

02/04/2015

Pourquoi toujours déplacer 1500 kg pour en transporter 75...?

De retour d'un séjour de plusieurs mois à l'étranger je suis revenu vivre en Suisse en décembre 2011. J'ai très vite réalisé que durant la quinzaine de mois passé hors de Suisse une chose ne s'était clairement pas améliorée à Genève. Je parle de la circulation pour les automobilistes.

Je me suis assez rapidement posé la question de ce qu'un citoyen pouvait faire pour améliorer cette situation. La réponse fût assez claire. Il fallait arrêter avec cette habitude de déplacer 1500 kg pour en transporter 75. Je me suis donc appliqué ce traitement à moi-même en m'achetant un vélo et un abonnement de transport public annuel.

Je dois dire franchement trois ans plus tard je suis heureux avec la mobilité à Genève. Ceci principalement car, lorsque je peux, je me déplace à vélo. C'est dans notre région le moyen le plus rapide de se déplacer et ceci surtout car on va du point A au point B en pouvant laisser son vélo à moins de 50 mètres de son lieu d'arrivée et ensuite lieu de départ. Plus de parking à chercher il y a toujours un poteau quelque part pour attacher sa petite reine.

Également le vélo est bon pour sa santé et celle des autres. Chaque automobiliste devrait du reste applaudir chaque nouveau cycliste sur nos routes car il représente une place de parking de libre en plus. De même pour les usagers des transports publics qui peuvent voir en chaque nouveau cycliste un siège de disponible en plus dans les trams ou bus.

Il m'arrive encore parfois de descendre en ville avec une voiture mais ceci lorsque j'ai du matériel à transporter. Donc lorsque déplacer 1500 kg pour transporter plus de 75 fait du sens. Et le plus important pour la fin, si chaque cycliste respecte le code de la route et traite les piétons comme il souhaite être traité par les automobilistes nous seront tous très heureux.

mobilité

Si vous souhaitez connaitre les autres candidats PDC de Plan-les-Ouates cliquez ici.

15:30 Publié dans Genève | Tags : mobilité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg