10/07/2015

Asafa Powell on the top of Europe

C'est avec grand plaisir que j'ai eu l'honneur de rencontrer aujourd'hui le deuxième homme le plus rapide de la planète. Vous l'aurez peut-être reconnu il s'agit d'Asafa Powell. Il a été durant près de trois ans le tenant du record du monde du 100 mètres avant que ce record soit repris par son compatriote jamaïcain Usain Bolt.

Invité par mes amis de la maison Hublot c'est avec grand plaisir que je suis monté tôt ce matin dans un train depuis Genève en direction d'Interlaken où mes amis de la maison horlogère m'attendaient. Après avoir continué ce voyage ferroviaire en direction de Grindelwald c'est à la petite Scheidegg que nous sommes entré dans le légendaire train à crémaillère nous menant à la Jungfraujoch où est située la gare ferroviaire la plus haute d'Europe, d'où le slogan "Top of Europe". Toute personne ne l'ayant jamais fait se doit d'au moins une fois prendre ce train faisant partie de notre patrimoine national. Son passage dans la face nord de l'Eiger est impressionnant tout comme les deux pauses avec points d'observations que le funiculaire propose durant l'ascension. Durant ce périple la vue sur les trois prestigieuses montagnes des alpes bernoises est simplement magnifique, l'Eiger, le Mönch, la Jungfrau chaque alpiniste en rêve. Je fus particulièrement heureux de revoir le Mönch montagne que j'ai gravi il y a près d'un an et cette fois-là pas en funiculaire mais encordé avec crampons aux pieds et piolet à la main.

Arrivés à la Jungfraujoch c'est Asafa Powell qui y était déjà accompagné du triple champion olympique Dario Cologna ainsi que les charmantes coureuses suissesses du 4 x 100 mètres. Mujinga Kambundji y était donc, elle qui est la Suissesse la plus rapide de tous les temps. Elle m'informa lors d'une conversation individuelle que sa vitesse de pointe était aux alentours des 32 km/h... Également sur place Kilian Wenger sacré roi de la lutte suisse en 2010. Une fois tout ce monde en place c'est également quelques dizaines de juniors et espoirs de demain qui sont venus s'y joindre. Quelle plaisir de voir tous ces enfants courir une course de relais et voir des athlètes comme Asafa Powell ou les quatre relayeuses suissesses leurs passer le témoin. Je vous le dis à voir ce que j'ai vu aujourd'hui je suis confiant en l'avenir de notre pays.

Le point culminant de la partie sportive de la journée fût cependant une course avec Asafa Powell d'un côté sur une piste d’athlétisme fixée sur la neige et de l'autre Dario Cologna avec ses ski de fonds qui se sont affrontés sur 100 mètres. Les deux finirent ex aequo. Voir un athlète comme Asafa Powell faire ces pas de géant fût très impressionnant. Pour terminer la partie sportive et comme l'on pourrait dire au pays de l'horlogerie pour "remettre les pendules à l'heure" une ultime épreuve sportive fût organisée... un bras de fer entre Asafa Powell et notre champion de lutte Kilian Wenger. Inutile de vous dire que sur ce combat là c'est bien la Suisse qui a battu la Jamaïque.

Pour terminer par une partie récréative et gustative inutile de vous dire qu'à près de 3500 mètres d'altitude il était inutile d'amener des cubes de glace pour mettre le champagne au frais. Un simple seau à champagne rempli de neige trouvée sur place suffisait pour maintenir le breuvage à parfaite température. Quant au retour en vallée ce fût un grand plaisir de le faire en hélicoptère et de voir défiler ce magnifique paysage en quelques minutes. Merci à Hublot pour cette si belle journée et surtout pour soutenir si activement le sport.

Asafa Powell

Pour en savoir plus sur la Jungfraujoch cliquez ici et pour Hublot cliquez ici

23:08 Publié dans Horlogerie, Monde, Sport | Tags : asafa powell | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

30/06/2015

Le plus genevois des horlogers neuchâtelois

J'ai eu hier le plaisir de revoir une personne qui a indéniablement marqué l'histoire de l'horlogerie moderne et continuera à la marquer. Il s'agit de Christophe Claret. C'est il y a une quinzaine d'années que je l'ai rencontré pour la première fois. Je m'en souviens encore comme si c'était hier. Il venait de s'offrir au Locle une ancienne demeure de l'horloger danois Urban Jürgensen où il venait d'installer sa manufacture.

Ayant tout comme moi apprit le métier durant quatre ans à l'Ecole d'Horlogerie de Genève et également tous deux membres de la Société des Horlogers de Genève nous avons rapidement parlé le même langage. Passé par la même école et parfois les mêmes enseignants nous étions heureux de nous rencontrer entre horlogers genevois au sein des montagnes neuchâteloises. C'est cependant seulement il y a deux ou trois ans qu'il me fit le plaisir de me présenter personnellement sa manufacture. Elle avait entre-temps vu pousser un nouveau bâtiment et son équipe était passée de quelques dizaines à une centaine de collaborateurs.

Comme régulièrement dans ces visites c'est souvent les discussions en aparté qui sont les plus enrichissantes et amusantes en anecdotes. C'est ainsi que Christophe Claret me raconta son parcours. D'abord passionné de mécanique et de vélomoteur c'est à la fin des années septante qu'il entra à l'Ecole d'Horlogerie de Genève. Comme plusieurs générations d'horlogers il commença par y faire en première année son propre outillage dont la pièce maitresse était un micromètre. Il continua ensuite par faire ce que l'on nommait à l'époque la pièce école une montre de poche estampillée du précieux Poinçon de Genève sur laquelle chaque élève passait environ trois ans afin d'y apprendre le métier. La formation se termina par la restauration d'horlogerie ancienne qui reste aujourd'hui encore une partie très formatrice.

Une fois sorti de l'école il croisa le chemin de Roger Dubuis auprès duquel il continua à apprendre les secrets du métier. C'est notamment avec Roger Dubuis qu'il passa régulièrement boire le café dans un troquet du coin où le garçon de café n'était autre que Carlos Dias qui allait devenir une vingtaine d'années plus tard l'associé de Roger Dubuis. Après avoir passé un temps enrichissant auprès de Roger Dubuis et s'être fait servir le café par Carlos Dias il commença à créer parmi les plus prestigieux garde-temps et le plus souvent dans l'ombre de grandes marques. Contrairement à d'autres fournisseurs, notamment au niveau des modules chronographes, qui ont nivelés les marques vers le bas en offrant des options de chronographes pas chers à vendre très chers, Christophe Claret a fait l'inverse. En effet durant de nombreuses années il a vendu en toute discrétion aux plus prestigieuses maisons des répétitions minutes, tourbillons et autres prestigieux mécanismes afin de niveler toutes ces marques vers le haut. Il signe depuis quelques années ses propres montres qui valent la peine d'être regardées avec la plus grande attention.

C'est au soir du 31 octobre 2014 que je fus très heureux de revoir Christophe Claret au Grand Théâtre de Genève. C'est en effet à ce moment que le Grand Prix d'Horlogerie de Genève lui décerna le Prix de la Haute Mécanique pour Dame. Etant tenu par un devoir de discrétion je ne pourrais vous dire pour qui est allé mon vote mais je suis heureux d'avoir fait partie du jury qui a décoré Christophe Claret.

christophe claret

Pour visiter le site de sa marque cliquez ici

15:49 Publié dans Horlogerie | Tags : christophe claret | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

23/06/2015

Rolex est 25 fois plus précieux qu'Apple

En réponse à la note publiée hier sur ce blog (Apple fait 15 fois mieux que Rolex!) je me permets de remettre quelque peu les pendules à l'heure. En effet en quantité ce chiffre est probablement juste cependant en chiffre d'affaire la réalité est toute autre. J'imagine que le prix moyen d'une montre Apple sera d'environ CHF 400.- alors que du côté de Rolex nous sommes probablement à CHF 10'000.- Rolex est donc ainsi 25 fois plus précieux qu'Apple. Vous trouverez ci-dessous la montre que j'ai le plaisir de porter tous les jours depuis plusieurs années. C'est de l'économie verte pure et dure. Inutile de construire des centrales électriques supplémentaires pour la recharger. Un peu comme un moulin à vent, ou aujourd'hui une éolienne, elle se recharge automatiquement à chaque mouvement de mon poignet.

rolex,apple

Si vous voulez visiter le site non pas de la pomme mais de la couronne cliquez ici

10:44 Publié dans Horlogerie | Tags : rolex, apple | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

03/05/2015

A quoi peut ressembler une montre après un semi-marathon...?

C'est pour la septième fois que j'ai eu le plaisir de prendre le départ du Genève Marathon. Mon idée de base est de le courir chaque année en catégorie semi-marathon avec un bonus spécial pour les années bissextiles en m'alignant tous les quatre ans sur la catégorie phare des 42,195 kilomètres. Ce fût le cas en 2008 et 2012 et il faudra que je me pose la question l'année prochaine si je veux donner suite à cette tradition ou repousser un prochain marathon plein à une prochaine échéance.

Ceci dit quel que soit le résultat c'est toujours un immense plaisir de prendre part à ce type de compétition. Avec les années qui passent on a certes tendance à se retrouver plus vers le centre du peloton alors qu'on était habitué d'être dans sa première moitié mais le plaisir reste bien présent. C'est tout de même magique de courir des distances pareils. A vol d'oiseau un semi-marathon représente tout de même l'équivalent d'une distance allant de Genève à Nyon quant au marathon cette distance va quasiment jusqu'à Morges.

Souvent dans ce type de compétition le choix le plus judicieux est de savoir quel meneur d'allure choisir. En effet des grands sportifs prêtent leur savoir-faire de la course à pied en s'équipant de grands ballons ou fanions avec le temps inscrit dessus qu'ils égraineront avec une précision quasi horlogère. Alors que faut-il faire si l'on pense valoir 1h44 sur une compétition de 21 kilomètres? S’agripper le plus longtemps possible au ballon de 1h40 ou au contraire choisir celui des 1h50 et donner un coup d’accélérateur en deuxième moitié de course? La réponse est difficile à donner mais d'après moi la première option est plus efficace même si la seconde est plus agréable.

Quant au matériel depuis les dix ans que je cours il a évolué. Surtout celui qui se trouve au poignet. En effet pour la première fois j'ai couru équiper d'un GPS qui calculait de manière instantanée la vitesse à laquelle je courrais. Une avancée peut-être mais je n'en suis pas si sûr. L'on a en effet peut-être trop tendance à contrôler la vitesse de son meneur d'allure qui peut parfois être plus rapide ou plus lent. En réalité il me semble qu'il est souvent plus rapide et ceci surtout en début de course.

J'oublie presque le plus amusant que je garde pour la fin c'est en effet la vue de ma nouvelle montre. Après cette course elle m'a informée que j'avais effectué 508% de mon activité journalière nécessaire. J'imagine donc qu'un marathonien devrait se trouver à plus de 1000%. Bref, j'ai maintenant remis ma belle montre mécanique au poignet et repose mes jambes devenues un peu lourdes.

genève marathon

Ci-dessus l'image du jour. En attendant la version 2016 du Genève Marathon cliquez ici et vous trouverez une autre course phare de Genève.

17:18 Publié dans Genève, Horlogerie, Sport | Tags : genève marathon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26/03/2015

Jean-Claude Biver joue à guichet fermé

Comme chaque année à l'occasion du Baselworld entendre parler Jean-Claude Biver à l'occasion de ses conférences de presse est un véritable plaisir. Un beau jour une personne m'a dit qu'il pourrait être un excellent "gourou de secte". Je confirme pleinement et je dirai même un excellent "gourou de l'horlogerie" et que nous avons de la chance de l'avoir.

Alors que j'allais écouter la première conférence de presse qu'il donnait pour Hublot, je fus comme toujours impressionné par la quantité de personnes sans parler des nombreuses chaines de télévisions internationales venues l'écouter et le filmer. A vrai dire il y avait tellement de monde je pensais que j'allais rester bloqué dans les escaliers et j'ai finalement réussi à accéder à la salle et même à un siège. Il nous expliqua que Hublot est plus qu'une marque que c'est un sentiment et une philosophie. Que ça rentre par les yeux, va dans le cerveau, va ensuite dans le sang pour être diffuser dans le corps entier dans le but de nous rendre heureux, prospère et amoureux. En voilà un programme qui passionna l'auditoire.

Tout ceci fût suivi par une conférence de presse chez Zenith, où il a également attiré un nombre important de gens, et a présenté Aldo Magada nouveau CEO de la marque et également un de ses amis de longue date. Le tout a été suivi par deux conférences de presse du côté de Tag Heuer, où il a présenté Guy Sémon nouveau homme fort de la marque, ainsi que le projet de montre connectée en collaboration avec Google et Intel. Tout ceci en terminant en coupant une belle meule de fromage.

jean-claude biver,lvmh,hublot,zenith,tag heuer

Ci-dessus Jean-Claude Biver lors d'une désalpe. Si vous souhaitez connaitre plus sur les marques qu'il gère cliquez sur les liens suivant Hublot, Tag Heuer et Zenith.

16:10 Publié dans Horlogerie | Tags : jean-claude biver, lvmh, hublot, zenith, tag heuer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

19/03/2015

Tim Cook attention à Guillaume Tell

Alors que de nombreux experts de l'industrie horlogère communiquent régulièrement sur l'invasion probable des montres Apple je me permets d'écrire ces quelques lignes pour remettre l'église au milieu du village ou mieux mettre les pendules à l'heure.

Certains prédisent qu'Apple pourrait vendre chaque année de 15 à 40 millions de pièces. Ceci représente en quantité beaucoup face aux 28.6 millions d'unités que l'industrie horlogère suisse a exportées en 2014. Il est cependant important de savoir que la production horlogère mondiale est estimée à environ un milliard de montres par an.

Dans d'autres termes en 2014 sans la montre d'Apple la proportion était déjà d'environ 30 millions de montres produites en Suisse face à environ 970 millions de montres produites hors de Suisse. Il sera intéressant de savoir si ces 15 à 40 millions de montres supplémentaires produites hors de Suisse auront un impact ou non sur notre industrie horlogère suisse.

Il est aussi amusant de savoir qu'une partie de ces montres produites hors de Suisse sont des contrefaçons de montres suisses. Nous verrons donc bientôt quelle sera la proportion de gens qui seront prêts à s'attacher un téléphone portable au poignet.

horlogerie suisse,apple,guillaume tell

Les chiffres communiqués ci-dessus, hormis ceux concernant Apple, proviennent de la Fédération de l'industrie horlogère suisse.

16:10 Publié dans Horlogerie | Tags : horlogerie suisse, apple, guillaume tell | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg