03/05/2015

A quoi peut ressembler une montre après un semi-marathon...?

C'est pour la septième fois que j'ai eu le plaisir de prendre le départ du Genève Marathon. Mon idée de base est de le courir chaque année en catégorie semi-marathon avec un bonus spécial pour les années bissextiles en m'alignant tous les quatre ans sur la catégorie phare des 42,195 kilomètres. Ce fût le cas en 2008 et 2012 et il faudra que je me pose la question l'année prochaine si je veux donner suite à cette tradition ou repousser un prochain marathon plein à une prochaine échéance.

Ceci dit quel que soit le résultat c'est toujours un immense plaisir de prendre part à ce type de compétition. Avec les années qui passent on a certes tendance à se retrouver plus vers le centre du peloton alors qu'on était habitué d'être dans sa première moitié mais le plaisir reste bien présent. C'est tout de même magique de courir des distances pareils. A vol d'oiseau un semi-marathon représente tout de même l'équivalent d'une distance allant de Genève à Nyon quant au marathon cette distance va quasiment jusqu'à Morges.

Souvent dans ce type de compétition le choix le plus judicieux est de savoir quel meneur d'allure choisir. En effet des grands sportifs prêtent leur savoir-faire de la course à pied en s'équipant de grands ballons ou fanions avec le temps inscrit dessus qu'ils égraineront avec une précision quasi horlogère. Alors que faut-il faire si l'on pense valoir 1h44 sur une compétition de 21 kilomètres? S’agripper le plus longtemps possible au ballon de 1h40 ou au contraire choisir celui des 1h50 et donner un coup d’accélérateur en deuxième moitié de course? La réponse est difficile à donner mais d'après moi la première option est plus efficace même si la seconde est plus agréable.

Quant au matériel depuis les dix ans que je cours il a évolué. Surtout celui qui se trouve au poignet. En effet pour la première fois j'ai couru équiper d'un GPS qui calculait de manière instantanée la vitesse à laquelle je courrais. Une avancée peut-être mais je n'en suis pas si sûr. L'on a en effet peut-être trop tendance à contrôler la vitesse de son meneur d'allure qui peut parfois être plus rapide ou plus lent. En réalité il me semble qu'il est souvent plus rapide et ceci surtout en début de course.

J'oublie presque le plus amusant que je garde pour la fin c'est en effet la vue de ma nouvelle montre. Après cette course elle m'a informée que j'avais effectué 508% de mon activité journalière nécessaire. J'imagine donc qu'un marathonien devrait se trouver à plus de 1000%. Bref, j'ai maintenant remis ma belle montre mécanique au poignet et repose mes jambes devenues un peu lourdes.

genève marathon

Ci-dessus l'image du jour. En attendant la version 2016 du Genève Marathon cliquez ici et vous trouverez une autre course phare de Genève.

17:18 Publié dans Genève, Horlogerie, Sport | Tags : genève marathon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

02/01/2015

Les saisons selon les footballeurs

Comme nous le voyons dans la presse l'attribution de la Coupe du monde de football au Qatar fait depuis plusieurs mois couler beaucoup d'encre. Ceci pour des raisons financières peu transparentes mais également pour des raisons climatiques.

Toute personne ayant un jour mis les pieds au Qatar en juin ou juillet ne peut que confirmer l'impossibilité d'y faire du sport en plein air à cette période de l'année. D’où l’idée de certains de faire jouer cette compétition non pas en juin-juillet 2022 mais en janvier-février 2022.

Mais voilà que plusieurs lobbys se manifestent. En effet regarder la compétition dans un igloo à la place de le faire sur une plage de Barcelone donnerait moins envie de boire certaines boissons fraiches et nous devrions ainsi tous vivre cette compétition dans le froid.

Cette manière de penser met en évidence la méconnaissance et le nombrilisme de certains. Il ne faut pas oublier que les saisons s’inversent dans l’hémisphère sud. D’où la possibilité de skier en juillet en Argentine ou de se bronzer en janvier sur les plages de Punta del Este en Uruguay. La première Coupe du monde de football a du reste eu lieu en Uruguay en juillet 1930 durant l'hiver uruguayen.

En juin 1978 également les joueurs et supporters argentins fêtaient chez eux à Buenos Aires leur premier sacre au milieu de l'hiver argentin. Les joueurs portaient des maillots à manches longues et les photographes des anoraks. Certains disent même que les remplaçants portaient des gants.

Si nous pensons donc à l'hémisphère sud, c'est à dire à la moitié de la planète, pour une bonne partie d'entre eux une Coupe du monde en janvier-février serait une Coupe du monde estivale.

1233789-26437056-1600-900.jpg

Juin 1978: Mario Kempes et photographes chaudement habillés

14:20 Publié dans Sport | Tags : fifa, qatar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg