30/03/2018

Poinçon de Genève, Cartier, Grand Conseil,

Cartier tourne quasi totalement le dos au Poinçon de Genève. Ceci est l'information que j'ai reçue il y a quelques jours par une personne proche du dossier alors que je me trouvais à Bâle à l'occasion du Baselworld. Pour rappel la décision d'accepter Cartier au sein du Poinçon de Genève avant même que la marque n'ait installé d'atelier à Genève avait fortement fâché son principal partenaire qui avait mis fin à une très longue relation avec la certification pour faire sa propre certification. Cartier tourne aujourd'hui presque totalement, ou peut-être même totalement, le dos au Poinçon de Genève. Cette situation est un peu comme se séparer de son épouse après 30 ans de mariage pour vivre une amourette de deux ou trois ans avec une autre femme qui finit par partir rapidement vers d'autres hommes. Si j'avais été député au Grand Conseil à l'époque j'aurais certainement analysé la situation de près et aurais fait raisonner un plaidoyer au sein du parlement cantonal genevois en faveur des marques historiques genevoises et de l'industrie horlogère genevoise plus en générale. Comme vous le savez peut-être déjà l'industrie horlogère n'est plus représentée depuis de longues années au sein du Grand Conseil de notre canton qui se souhaite très horloger. Il est temps que ceci change. Je vous suggère donc de cliquer sur l'image ci-dessous et de soutenir le candidat qui apparaîtra.

poincon-de-geneve.jpg

Vous voir voter pour mon parti me réjouirais. Ceci dit, si vos goûts politiques sont ailleurs et que vous souhaitez soutenir l'industrie horlogère, pan important de l'économie de notre canton, le fait d'ajouter mon nom à la main au bas de votre liste serait déjà un précieux soutien. Merci

15:50 Publié dans Genève, Horlogerie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

12/03/2018

Horlogerie et Grand Conseil

Comme une bonne partie d'entre vous le savent le dimanche 15 avril aura lieu le premier tour des élections cantonales genevoises. Nous y élirons en un seul tour les 100 députés du Grand Conseil qui seront donc les élus du parlement genevois ou autrement dit du pouvoir législatif. Egalement le dimanche 15 avril aura lieu le premier tour de l'élection des sept Conseillers d'Etat formant le Conseil d'Etat ou autrement dit le gouvernement cantonal ou pouvoir exécutif. Pour l'élection du Conseil d'Etat un second tour sera très certainement nécessaire et est déjà prévu le dimanche 6 mai.

Pour les cent sièges du Grand Conseil nous avons 623 candidats au portillon et pour les sept sièges au Conseil d'Etat nous avons 31 candidats. Certains candidats au Conseil d'Etat figurent aussi comme candidat au Grand Conseil mais il est évident que s'ils sont élus au Conseil d'Etat il ne siégeront pas au Grand Conseil. Ceci dit, comme j'aime le dire les 107 qui seront finalement les heureux élus devraient représenter de manière représentative les différentes facettes du canton de Genève et notamment de son tissu économique.

C'est pourquoi j'ai analysé les listes des candidats et leurs secteurs d'activités et donc les professions représentées au sein des candidats mais aussi au sein de l'actuel Grand Conseil et Conseil d'Etat. J'ai réalisé que sur les 107 actuels élus au niveau cantonal genevois aucun n'a un lien avec l'industrie horlogère dans laquelle je travaille depuis 20 ans et qui est, il me semble, un pan important de l'économie et de l'histoire de notre canton. Un seul le député MCG Francisco Valentin a un jour appris le métier de bijoutier chez Chopard mais a rejoint les rangs de la police il y a près de quinze ans.

Autrement dit, Genève qui souhaite régulièrement se voir comme une capitale horlogère notamment lors de la célébration du Grand Prix d'Horlogerie de Genève, où j'ai eu à deux reprises le plaisir de siéger parmi son jury, ou à l'occasion de la Geneva Week qui s'est créée aux mêmes dates que celles du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH), n'a actuellement au niveau cantonal pas d'élu actif dans le secteur horloger et ceci depuis plusieurs années. Visiblement le dernier élu cantonal actif dans ce domaine durant son mandat était Monsieur Jacques Duchêne un député libéral qui siégea de 1961 à 1965.

Le journaliste et excellent critique de l'industrie horlogère Gregory Pons écrivait le 21 février 2018 "Si on comprend bien, il n'y a que 1 chance sur 623 pour que l'horlogerie soit représentée au Grand Conseil..." en appelant aux autres candidats liés à l'horlogerie à s'annoncer auprès de lui s'il y en avait. Vous comprendrez la personne sur 623 à qui il faisait allusion était donc moi qui travaille depuis deux décennies au sein de l'industrie horlogère après avoir appris le métier d'horloger-rhabilleur à l'Ecole d'horlogerie de Genève et qui a par la suite suivi une filière plus commerciale à l'international pour finalement ouvrir ma propre structure dans le domaine du conseil horloger.

Ceci dit, je crois bien comprendre qu'après avoir publié son article il y a plus de deux semaines aucun autre est sorti du bois pour aller s'annoncer auprès de Gregory Pons. Pour vous le dire en toute transparence j'en ai repéré deux autres. Comme vous le savez peut-être déjà je me présente sous les couleurs du Parti démocrate-chrétien (PDC) je vais donc commencer par un "cousin" d'un parti avec lequel nous avons une entente le Parti libéral-radical (PLR). Ce "cousin" membre du PLR est donc Jean-Pierre Pasquier sous-directeur auprès d'un important groupe horloger genevois qui est probablement le seul à pouvoir se permettre d'avoir un sous-directeur ingénieur en génie chimique et également d'offrir un magnifique pont à Genève mais je n'en dirai pas plus car ils aiment rester discret.

Finalement, il y en a un autre qui n'est visiblement pas non plus sorti du bois auprès de Grégory Pons il s'agit de Jean-François Ruchonnet qui se présente sur la liste d'Eric Stauffer et de Ronald Zacharias. Ce dernier a commencé par apprendre le métier de micromécanicien au lycée Charles Poncet de Cluses qui est également son lieu de naissance. Je crois cependant comprendre qu'il doit être binational et d'une importante famille suisse. Un média horloger en parlera peut-être ces prochains jours.

Pour conclure, je suis persuadé que l'horlogerie doit être présente au sein du Grand Conseil. N'oublions pas que c'est sous l'impulsion de la Société des Horlogers de Genève, que je préside actuellement, que le Grand Conseil a voté la création du Poinçon de Genève en 1886 et que c'est ce même Grand Conseil qui l'a remis à jour en 2008. Egalement, l'horlogerie aura quelques chantiers pour la législature 2018-2023 à venir. Je pense notamment à l'évolution des expositions horlogères dans les murs de Palexpo. Je souhaite bonne chance à toutes les candidates et tous les candidats venus de l'horlogerie ou d'ailleurs pour ces élections cantonales.

grand conseil,horlogerie

En cliquant sur l'image vous pourrez accéder à mon profil créé sur le site du PDC cantonal et aussi vous pouvez accéder à l'article que Grégory Pons a écrit sur la campagne électorale en cliquant ici.

11:36 Publié dans Genève, Horlogerie | Tags : grand conseil, horlogerie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

14/02/2017

Fidélité en horlogerie et ailleurs

Le réseau professionnel LinkedIn fournit un tas d'informations intéressantes, notamment à ses membres Premium dont je fais actuellement partie. Grâce aux données transmises par ses membres, il peut par exemple transmettre le nombre d'employés inscrits sur le réseau qui sont actifs au sein d'entreprises également inscrites sur le réseau. Il peut également transmettre la durée de vie moyenne de ses membres inscrits au sein de ces entreprises inscrites. Vous trouverez ci-dessous un classement de quelques entreprises que j'ai fait avec les données de ce jour. Le montant en années est donc la durée de vie moyenne d'un employé inscrits dans le réseau au sein de ces entreprises.

 

Horlogerie

Rolex - 2248 employés inscrits - 7 ans

Patek Philippe - 489 employés inscrits - 6,8 ans

Chopard - 649 employés inscrits - 6,3 ans

Breguet - 252 employés inscrits - 5,5 ans

Piaget - 609 employé inscrits - 5,4 ans

Audemars Piguet - 582 employés inscrits - 5,3 ans

Girard-Perregaux - 103 employés inscrits - 5,2 ans

Jaeger-Lecoultre - 542 employés inscrits - 4,9 ans

Vacheron Constantin - 390 employés inscrits - 4,9 ans

Panerai - 349 employé inscrits - 4,9 ans

Baume & Mercier - 126 employés inscrits - 4,9 ans

Zenith - 90 employés inscrits - 4,9 ans

Tag Heuer - 620 employés inscrits - 4,8 ans

Roger Dubuis - 238 employé inscrits - 4,6 ans

Omega - 568 employés inscrits - 4,4 ans

IWC - 509 employés inscrits - 4,2 ans

Hublot - 293 employés inscrits - 3,7 ans

Richard Mille - 83 employés inscrits - 3,6 ans

 

Banque

UBS - 61'826 employés inscrits - 7,4 ans

Pictet - 1'346 employés inscrits - 7,1 ans

Lombard Odier - 1'652 employés inscrits - 6,8 ans

Crédit Suisse - 48'425 employés inscrits - 6 ans

Mirabaud - 361 employés inscrits - 4,8 ans

 

Divers

Procter & Gamble - 74'781 employés inscrits - 9,7 ans

Nestle - 100'573 employés inscrits - 7,3 ans

Novartis - 60'883 employés inscrits - 6,2 ans

IKEA - 35'663 employés inscrits - 5,6 ans

Apple - 128'164 employés inscrits - 4,7 ans

 

Etatique

Etat de Neuchâtel - 967 employés inscrits - 9,7 ans

Etat de Genève - 3'295 employés inscrits - 9,1 ans

Etat de Vaud - 4'396 employés inscrits - 8,5 ans

 

Cette liste ci-dessus est loin d'être exhaustive mais elle peut donner quelques informations intéressantes notamment sur la grandeur de ces entreprises et surtout la fidélité entre employeur et employé.

linkedin,horlogerie,banque

Pour ceux qui souhaitent avoir plus d'information cliquez sur l'image ci-dessus et créez un profil si ce n'est pas déjà fait et devenez membre Premium pour avoir une information plus complète.

10:33 Publié dans Genève, Horlogerie, Monde, Suisse | Tags : linkedin, horlogerie, banque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

21/04/2016

RBI = Salaire des robots

Le 5 juin nous aurons à nouveau à voter sur une initiative intéressante. Celle sur le revenu de base inconditionnel (RBI). Ce RBI verserait de manière inconditionnelle un montant mensuel d'environ 2'500.- par adulte et 625.- par enfant. Ceci changerait certains paramètres de notre société. Ayant déjà un peu analysé la chose je tiens à partager mon actuelle réflexion sur ce sujet qui s'est notamment forgée en voyant durant près de vingt ans l'évolution de l'industrie dans laquelle je travaille.

En effet une fois de plus je vais parler de l'industrie horlogère mais nous pourrions parler de bien d'autres secteurs où l'évolution fut la même ou parfois même plus extrême. Il y a un peu plus de vingt ans alors que je visitais mes premières manufactures horlogères je me souviens de ces collaborateurs qui travaillaient dans les ateliers. Habituellement une pièce avec peut-être quatre personnes, un supérieur hiérarchique travaillant et supervisant trois collaborateurs.

Il y a quelques mois alors que je visitais l'une des plus moderne manufacture horlogère récemment inaugurée en Suisse je vis des scènes comme des ateliers de même dimension que ceux d'il y a une vingtaine d'années et à l'intérieur un supérieur hiérarchique supervisant trois robots. J'y vis là une évolution qui me rappela cette phrase que j'ai moi-même souvent prononcée lors de visites de manufactures: "Où la main de l'Homme est meilleur nous continuerons à toujours utiliser la main de l'Homme, où la machine est meilleur nous utilisons la machine".

Nous y sommes arrivé la machine est bien souvent devenue meilleure que la main de l'Homme. Nous pouvons peut-être même être fiers d'avoir inventé des machines meilleures que nous, comme nos ancêtres peuvent être fiers de l'évolution de l'Homme dans certains secteurs où nous nous sommes peut-être améliorés. Ceci dit, le point le plus important de ce débat est certainement celui de la répartition des richesses créées par ces machines. Nous parlons donc là clairement du salaire des robots.

Il est également intéressant de réaliser que durant cette même période d'une vingtaine d'années et dans cette même industrie horlogère les salaires et styles de vie des patrons ont également évolués. Les deux co-CEO d'un important groupe horloger se sont par exemple partagé lors du dernier exercice fiscal un salaire annuel de 26.1 millions de francs suisse (11.7 millions pour l'un et 14.4 millions pour l'autre). Cette situation peut-elle continuer ou faut-il répartir les salaires de ces robots différemment?

Nous sommes donc là devant un débat qui sera intéressant à suivre durant ces prochaines semaines. Il est également intéressant de relevé que même parmi les partis traditionnels il y a souvent une proportion non négligeable des membres qui sont en faveur de cette initiative. Les nombreux voyages que j'ai eu la chance de faire à travers le monde m'ont appris une chose, les pays qui fonctionnent le mieux sont bien souvent ceux qui ont une classe moyenne importante. Il paraît évident que le RBI renforcerait la classe moyenne.

RBI

Hormis cette amusante illustration trouvée sur internet et libre de droit que son auteur offre généreusement à toute personne souhaitant la reproduire je vous invite à cliquer sur l'image. Vous y trouverez un film explicatif de 45 minutes sur le RBI. Je vous encourage à le regarder jusqu'au bout. Si par hasard vous n'avez pas ces 45 minutes à disposition c'est probablement justement parce que vous avez besoin d'un RBI... ;-)

13:27 Publié dans Genève, Monde, Suisse | Tags : rbi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

29/03/2016

Société des Horlogers de Genève

C'est durant le Baselworld de cette année que j'ai réalisé à quel point le média de mon ami Grégory Pons était lu. En effet ce dernier a mentionné il y a un certain temps que j'avais repris la présidence de la Société des Horlogers de Genève. Je fus régulièrement abordé au sujet de son article dans les couloirs du Baselworld et de ce fait je tiens à écrire quelques lignes sur cette belle institution.

La Société des Horlogers de Genève a été fondée en 1878 et compte aujourd'hui près de 300 membres. Ses premiers membres ont notamment eus une influence dans la création du Poinçon de Genève quelques années plus tard. Son but est de créer des liens d'estime et d'amitié entre membres de différents horizons horlogers. Les seules conditions pour y adhérer est d'avoir soit appris le métier d'horloger à Genève ou de travailler pour une entreprise horlogère établie dans le canton.

J'ai en effet moi-même rejoint la Société des Horlogers de Genève en 2002 parrainé par deux membres comme les statuts le demande. L'un de mes parrains fut un de mes anciens enseignants qui me lira probablement et que je salue au passage. C'est il y a près de trois ans que mon désormais prédécesseur qui a présidé cette société durant vingt ans me fit l'honneur de m'approcher dans l'idée de reprendre ce poste. C'est ainsi que les membres m'ont élus en début d'année après y avoir déjà œuvré comme membre du comité et comme vice-président.

La Société des Horlogers de Genève organise une dizaine d'événements par année. Environ une moitié est directement liée au monde de l'horlogerie et une autre moitié peut être liée à d'autres domaines. Nous avons par exemple la marque Tesla qui est venue nous présenter ses voitures. Egalement Thomas Büchi est venu nous expliquer comment le refuge du Goûter a été construit à plus de 3'800 mètres d'altitude sur le chemin menant au sommet du Mont Blanc. Et pour parler du futur nous aurons au mois de mai l'horloger finlandais Kari Voutilainen qui viendra depuis le Val-de-Travers nous parler de ses montres.

Comme vous l'imaginez la Société des Horlogers de Genève est une société que j'apprécie beaucoup qui regroupe des gens de générations différentes et aussi de niveaux hiérarchiques différents. Nous avons parmi nous des apprentis jusqu'à des propriétaires d'entreprises et fonctionnons sans but lucratif. Si vous correspondez aux critères d'admission et que vous êtes intéressé à nous rejoindre n'hésitez pas à vous chercher un parrain ou me contacter directement et je me ferai un plaisir de vous guider. Je me réjouis de servir au mieux cette belle institution afin de la retransmettre un jour à un prochain président aussi belle que je l'ai reçu.

société des horlogers de genève

Ci-dessus une montre faite par un élève de l'Ecole d'horlogerie de Genève datant probablement du début du siècle passé. Vous pouvez accéder à l'actuel site internet de la Société des Horlogers de Genève en cliquant ici.

12:42 Publié dans Genève, Horlogerie | Tags : société des horlogers de genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

04/01/2016

Voter aux urnes

Quelques jours après le second tour de l'élection de nos deux conseillers aux Etats genevois je lus dans notre chère Tribune de Genève le coup de gueule d'un lecteur (ou d'une lectrice) qui ne jugeait visiblement plus nécessaire de mobiliser tant de gens pour accueillir si peu de votants aux urnes les dimanches de votation.

La question qu'il faut se poser est s'il faut attendre le dernier dimanche entre 10h00 et 12h00 pour remplir son bulletin de vote ou le faire jusqu'à deux à trois semaines par avance soit par correspondance ou pour certains par internet. Ayant moi-même commencé à voter en 1996 alors que le vote par correspondance était déjà introduit j'ai durant une bonne quinzaine d'années toujours voté par correspondance et ensuite parfois par internet. Ceci dit voilà quelques votations que je me déplace aux urnes. Se déplacer aux urnes a ses avantages. Cela permet notamment d'écouter tous les arguments jusqu'à la dernière minute et de voir l'évolution du monde jusqu'au dernier moment.

Dans un bon nombre de scrutins étrangers le vote par correspondance ou par internet n'est pas possible. En 2004 par exemple le parti politique de l'espagnol Aznar ne fut pas reconduit à la présidence du gouvernement espagnol. La raison principal de cet échec fut certainement que son gouvernement attribua hâtivement les attentats de Madrid, ayant eu lieu trois jours avant le scrutin, à l'organisation séparatiste basque ETA alors qu'il s'agissait d'Al-Quaïda et que ceci mit en cause la politique d'Aznar au Moyen-Orient à quelques heures du scrutin. Si 80% des Espagnols avaient voté avant les attentats le parti politique d'Aznar aurait certainement été reconduit à la tête du gouvernement espagnol.

Dans un contexte moins dramatique l'annonce de la prime de départ de 72 millions de francs suisses attribuée à Daniel Vasella quelques jours avant le vote de l'initiative contre les rémunérations abusives a certainement aussi modifié la donne pour ceux qui ont voté après cette annonce. Egalement voter aux urnes est aussi la seule manière de rompre soi-même la chaine entre sa carte de vote et son bulletin de vote et ainsi garantir soi-même l'anonymat de son vote. Aussi le vote aux urnes est certainement moins influencé qu'un vote spontané qui peut se faire en direct sur une tablette numérique en regardant par exemple un trublion valaisan aux cheveux longs faire son discours à la télévision.

Ceci dit, si vous voulez regarder les débats politiques avec plus d'intérêt et jusqu'à la dernière minute pouvoir rallier un camp ou l'autre allez donc voter dans vos mairies vous verrez la saveur est toute autre dans le suivi de notre vie politique.

votations

Pour ceux qui n'ont jamais voter "pour de vrai" ci-dessus voilà à quoi cela ressemble.

15:34 Publié dans Genève, Monde, Suisse | Tags : votations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg