14/08/2015

Ce burin fixe en vitrine tout un symbole...

Cela fait déjà maintenant un bon moment que je passe régulièrement devant la vitrine genevoise d'un prestigieux horloger de la région. Il y expose dans l'une de ses vitrines un burin fixe. Avant tout qu'est-ce qu'un burin fixe? Je dirais qu'il est à l'horloger ce qu'une machine à coudre est à la couturière.

La maîtrise ou pas ce cet outil différencie un "assembleur de mouvements" à un véritable horloger qui lui a un jour lors de son apprentissage vu jaillir de cet outil à la force de son bras des copeaux métalliques. Je m'en souviens encore alors que nous en avions une douzaine à l'Ecole d'Horlogerie de Genève et que ces outils probablement déjà tous centenaires nous donnaient une précision proche au quart de centième de millimètre. Pour référence le diamètre d'un cheveu représente environ 20 quarts de centièmes de millimètre.

Cet outil demande une connaissance précise notamment pour l'affutage de son burin que l'on peut comparer à l'aiguille de la machine à coudre d'une couturière. Son angle de coupe doit avoisiner les 80 degrés et est parfois plus élevé pour certaines opérations mais nous n'allons pas aller jusqu'à dévoiler sur la toile des secrets bien gardés et transmis de génération en génération.

Ceci dit la raison pourquoi je vous parle aujourd'hui de cet outil exposé dans la vitrine d'un prestigieux horloger de la région c'est que ce prestigieux horloger s'y connait visiblement plus en marketing qu'en horlogerie. En effet son magasin est très beau et a certainement été facturé plusieurs centaines de milliers de francs suisses par un architecte. Il y a certainement placé les meilleurs spots et les meilleures vitrines pour y mettre en valeur notamment un burin fixe.

En regardant de près j'ai cependant très vite réalisé que le contenant était meilleur que le contenu. En effet les courbes que l'on peut voir sur cet outil exposé sont très belles mais concernant le burin lui-même, cœur de l'outil, un enseignant de deuxième année m'aurait dit: "mais ce n'est pas un burin c'est un clou...". Pour vous l'expliquer plus clairement c'est comme si un grand couturier exposerait une magnifique machine à coudre à pédale dans sa vitrine arborant une aiguille clairement cassé et j'irai même jusqu'à dire fixée dans le faux sens sur la machine. Et le plus surprenant est que personne ne le réalise.

Bref, ceci différencie de nos jours peut-être les gens qui sont intéressé par faire de la belle horlogerie ou peut-être tout simplement de l'argent. Elle montre peut-être aussi la venue de soi-disant "expert en horlogerie" ayant commencé à s'intéresser à cette industrie après qu'elle ait passée la barre des vingt milliards de francs suisses d'exportation annuelle. Ou peut-être aussi ceux qui avant de vouloir vendre de la haute horlogerie sont passés par d'autres secteurs enrichissants comme la vente de dentifrice, de papier ménage ou de savon.

Après la lecture de ces quelques ligne certains horlogers de la région iront certainement dans leurs points de vente genevois pour voir s'ils sont concerné par cette note que je viens d'écrire. Ils y iront probablement avec leur responsable marketing, leur architecte, leur décorateur mais n'oubliez pas le plus important, un horloger qui sache se servir d'un burin fixe.

burin fixe.jpg

Ci-dessus un burin fixe datant de la fin du XIXème ou du début du XXème siècle

16:00 Publié dans Horlogerie | Tags : burin fixe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg