04/10/2015

Veyrier a un nouveau Roi!

Il y a une dizaine de jours alors que je me rendais chez mes parents je passai devant le stand de tir de Veyrier où je faisais jadis mes tirs obligatoires. J'y vis une grande banderole annonçant le tir de la vogue. Une compétition à laquelle je n'avais encore jamais participé mais je dois vous le dire tirer avec un vieux fusil en bois m'attirait particulièrement.

De retour chez moi je suis allé sur le site internet de la société de tir de Veyrier pour y voir les conditions pour y participer. Ayant vaguement entendu qu'il fallait habiter la commune pour y participer je pensais que je ne pouvais pas y aller ne remplissant plus ce critère depuis quelques années. Je fus cependant repêché par le fait que j'avais grandi et passé mon enfance sur cette commune.

Le lundi 28 septembre un peu après 16h00 j'arrivai dans le stand. J'y vis quelques têtes connues notamment un restaurateur de la commune qui s'était jeté sur le fusil terminant par le numéro "57" visiblement le fusil qui tire le mieux. Quelques instants plus tard il vit qu'il n'en avait que le magasin et non l'arme et se jeta sur mon fusil qui lui était le précieux numéro "57". Nous partageâmes ce fusil sans que nos tirs confirmèrent que cette arme était le fusil qui tirait le mieux.

Avant ceci je passai à la caisse pour m'inscrire. C'est là où j'appris qu'au fond les cinq coups que j'allai tirer n'était qu'une partie des festivités et qu'il fallait également s'inscrire à un banquet donné en honneur du nouveau Roi le vendredi 3 octobre. Après avoir contrôlé mon agenda je m'acquittai du montant tout en imaginant que ce banquet allait attirer plus de gens de la génération de mon père que de la mienne.

Une fois allongé derrière mon fusil je fis mes trois premiers coups d'essais, suivi sur une autre place, des cinq suivants qui comptèrent pour de vrai. Je pensais que j'allais tirer avec un mousqueton 31 datant de 1931 mais ce fût sa version antérieure de 1911. Je senti le recul de cette arme durant plusieurs heures encore après mes tirs. Etant de la génération "Fass 90" tirer avec un fusil développé en 1911 changeait mes habitudes.

Une fois mes tirs terminés je savais deux choses. La première qu'il était clair que la victoire n'était pas pour 2015 mais peut-être une fois ces cinquante prochaines années... mais également que je ne serais pas la courge qui représente le dernier du classement. Ceci dit je fus particulièrement heureux lorsque je vis la tête du nouveau Roi sur le site internet de la société de tir de Veyrier. Il s'agissait de Thomas 1er un ancien élève de l'école de Veyrier qui était du même cru que moi et donc de ma génération.

Alors qu'il n'avait pas encore son sceptre et lorsque Thomas s'appelait tout simplement Thomas et pas encore Thomas 1er il hésita tout comme moi à participer à ce tir. Il dut probablement tout comme moi vérifier dans son agenda s'il était libre le vendredi 3 octobre au soir. Une fois qu'il prit la décision de participer à cette compétition pour la première fois notre futur Roi s'allongea et tira ses cinq coups, trois fois un dix et deux fois un neuf dont le premier dix à 33 millimètres du centre! Il réalisa qu'il alla être couronné Roi.

De l'autre côté du classement la courge qui représente le plus jeune des derniers du classement un dénommé Fabian fort sympathique qui par mégarde épaula le fusil du faux côté. Tira les deux premiers coups dans le mur vert situé à une dizaine de mètres du stand, il parait que ça fait des grosses étincelles. Quant aux trois coups suivant il s'améliora et ils finirent derrière le premier mur vert un peu plus près de la cible. Il fit hier une excellente soupe à la courge et récolta même près de 900.- francs pour une association caritative. Et pour son grand réconfort il parait que selon le règlement on peut être courge qu'une seule fois dans sa vie.

Ceci dit je conseille à toute personne vivant la commune de Veyrier ou ayant un lien fort avec cette commune de participer à cette compétition. Le banquet de hier soir fût fort sympathique et amusant. Sans parler de l'excellent discours du maire de la commune, Raymond Gavillet, qui sans éclipser le nouveau monarque fit un discours digne d'un premier ministre britannique aux côtés de son monarque. Et bien entendu le discours de Thomas 1er sous les claquements de cuillères sur les tables fût un moment mythique de la soirée. Vive le Roi! Vive Thomas 1er!

veyrier, tir de la vogue,

Ci-dessus un mousqueton 1911 utilisé dans le cadre de cette compétition.

16:29 Publié dans Genève, Sport | Tags : veyrier, tir de la vogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg